| View Thread | Return to Index | Read Prev Msg | Read Next Msg |

Wise Coastal Practices for Sustainable Human Development Forum

Restoration of mangrove / Saloum Delta-Senegal (+français)

Posted By: Salif Diop and Arona Soumare
Date: Tuesday, 15 June 1999, at 4:04 p.m.

(Le texte français se trouve en dessous du texte anglais)

Key words: Biosphere reserve, community participation, integrated rural development.

DESCRIPTION: The ecological and economic importance of the Saloum Delta has led the state of Senegal and the international community to take steps to protect the biodiversity of the site. Thus in 1976, 76,000 hectares of marshes and estuaries were elevated to National Park status. In 1981 a stretch of mainland was linked to the park and the whole area was consequently registered as being part of the World Biosphere Heritage. Finally in 1984, this zone was classified as being a "Humid Zone of International Importance" or RAMSAR site, due to the fact that it is a zone that accommodates several species of paleoarctic birds.

The necessity of conciliating the vital needs of the population and conservation imperatives is keenly felt on this site. Many limiting factors linked to resource management have been identified: the lack of rain accompanied by the phenomena of acidification and salinisation of the water and soil, the geomorphological, hydrodynamic and eco-biological impacts of coastal erosion, the high levels of demographic growth (thus accentuating pressure on the land), the lack of both human and logistical means allocated to management of the reserve, as well as the absence or weak involvement of the population in the management of the reserve etc. During 1998, in the framework of the UNESCO initiative "Environment and Development in Coastal Regions and Small Islands, (CSI)", the following activities were programmed:

- continuation of field work in the Somone and Saloum Island regions leading to restoration of coastal ecosystems in general and reforestation of mangroves in particular. This is to be carried out in close cooperation with local communities with the help of "on site" training campaigns;

- involving research teams and local associations in current activities in the Somone and Saloum coastal zones;

- cooperating with pilot project partners, (in particular local communities and their leaders, ONG as well as teachers and students), in order to elaborate rough outlines of wise practices concerning integrated management and sustainable development in coastal regions and small islands, on the basis of lessons learned from all CSI Pilot Projects in Senegal.

STATUS: this restorative action of the mangrove appears in the 1st research phase. It is led by the Saloum Delta Biosphere Reserve which, on one hand, aims at identifying and analysing constraints linked to natural resource management and on the other hand, attempts to clarify a principal axis of intervention for improved population involvement in the management of the protected and surrounding area. This action should continue thanks to the elaboration of an integrated management plan implemented by the Saloum Delta Biosphere Reserve.

LONG-TERM BENEFIT: the biodiversity and ecological and economic importance of the mangrove ecosystem contribute towards it being a unique and essential area. As regards to the Somone site, the first steps towards reforestation took place in 1995 and as a direct result of this one can witness the beginning of the foundation of settlements in the mangrove area associated with improved sedimentation and the reappearance of important micro-fauna (crabs, young fish). The establishment of the process of restoration of degraded ecosystems by participation could allow within a decade:

- increased knowledge of the condition and potential of the mangrove;

- promotion of the appropriate techniques for the exploitation of mangrove associated resources (oysters, fisheries);

- concerted management of the mangrove with all of the actors who share its resources.

CAPACITY BUILDING AND INSTITUTIONAL SUPPORT: the aim of this project was to undertake and carry out activities in relation to CSI pilot projects already launched in the coastal region of Senegal, whilst maintaining their inter-sectoral character by collecting key data and elaborating policies. This included circulating acquired knowledge taking into account the seriousness of environmental and social problems with a view to sustainable development of coastal regions. In this context, the reinforcement of institutions and the participation of local institutions responsible for natural resource management is an important point to take into consideration for the promotion of Wise Practices in order to ensure sustainable management of the Saloum Delta Biosphere Reserve. This is achieved through training sessions involving researchers and local representatives (village chiefs, heads of youth movements, women's groups,...) where restorative methods of degraded ecosystems are popularised. Besides, the partnership between UNESCO and the UCAD of Dakar, the opportunity has arisen to develop a training framework aimed at students following a DEA or preparing a thesis at Dakar University. This framework concerns problems and methodology in relation to research in coastal areas.

SUSTAINABILITY: the aforementioned collaboration as well as cooperation from ONG's, local associations and local communities ensures the usefulness and the continuity of project action. Furthermore, in the framework of the process of elaboration of an integrated management plan for the reserve, (initiated by IUCN and various partners), supplementary funding and efficacious prolongation of the restorative actions being carried out may be expected.

TRANSFERABILITY: this concerns conclusions drawn from temporary reforestation experienced in the Mar Lothie and Somone mangroves in order to widen the restoration program by seeking support from grassroots associative movements like: Pinda lothie, UGIS, APEN, SAPAD etc. which polarise several villages in the Saloum Delta Biosphere Reserve. This activity is composed of a certain number of points:

- popularisation of restoration methods,

- environmental education and training (school forestry),

- establishment of nurseries and reforestation plots through reforestation campaigns under the supervision of seniors researchers, monitoring and field work by students preparing a thesis, and implementation by the village communities,

- monitoring and evaluation.

The results acquired at the Biosphere Reserve level could serve as a framework for reference for other actions of the same nature initiated in West African coastal zones.

CONSENSUS: ground surveys have demonstrated that scientific, aesthetic and recreational arguments cannot transform populations into allies with the restraints and demands inherent to conservation. Local communities are often perfectly aware of the economic and ecological value of mangroves and of the dangers of over exploiting them. However, the state of poverty that they live in may force them to misuse natural resources just to survive. In short, to ensure the massive participation of all layers of the population, it is important to succeed in establishing genuine integrated rural development to reply to the needs of all the actors concerned, to slow down degradation of ecosystems and to carry out restoration whenever possible.

THE PROCESS OF PARTICIPATION: for several years, important research has been carried out in this domain. The results of these studies deserve to be put forward for the good of conservation and of local populations. The present project is attempting to do so following an approach involving the participation of local populations, associative organisations like: "Pinda Lothie", the Union of the Saloum Islands Group, the Association for the Protection of the Niombato Environment and the Multidisciplinary Team for the Study of Coastal Ecosystems (EPEEC), who already have at their disposal, solid scientific expertise in the study of monitoring coastal marine ecosystems. The implementation of the Active Method for Research by Participation has contributed to the identification and the classification of priority actions by the populations themselves.

EFFECTIVE AND EFFICIENT COMMUNICATION PROCESS: the restoration process is supported by public information and environmental education campaigns directed towards the population, in association with the main local partners, including ONG's as well political agencies. The first campaign carried out on the Mar Lothie level, enabled the development of a communication strategy notably directed at young people. This first attempt needs to be gradually developed in order to reach a wider audience.

CULTURALLY RESPECTFUL: populations have always maintained close ties with their environment, access was controlled (total exclusion, partial or temporary exclusion, the limitation of clearly defined groups). The implementation of ground activities aims also at determining the usefulness of cultural knowledge and know-how through an approach by participation for the conservation of mangroves.

IMPLICATION OF DIFFERENT CATEGORIES: the participation approach developed in this project has enabled us to index and to analyse the solutions proposed by all categories of actors (young people, women, old people, socio-professional categories, etc.).

DOCUMENTATION : the Saloum Delta Biosphere Reserve has been the subject of several scientific works during the last few years. A synthesis of these documents has allowed us to take into account the results of this research. What is more, investigations led during the elaboration of the project have been documented (technical reports, publications and scientific articles).

EVALUATION: Monitoring and evaluation activities are scheduled on a medium and long-term basis. They will be based on the study of the flora, cartographical studies and surveys on the ability of local institutions to manage natural resources.

GENERAL DISCUSSION: in the light of the mangrove ecosystem restoration project, it appears that if the process is to be sustainable, one should accept active participation of the population in the conservation process. This includes:

- participation in the conception, planning and the implementation of the project;

- fair and equal distribution of the current and future advantages of conservation;

- monitoring conservation actions by reinforcing the abilities of the population to ensure the perpetuation of these actions.

This interdisciplinary and repetitive process, with active participation allows all factors (ecological, economical, social and cultural) to be taken into account. More importantly, their interaction influences, determines or encourages relationships between local populations and their environment.

********************************************************************************

RESTAURATION DE LA MANGROVE / DELTA DU SALOUM-SÉNÉGAL.

DESCRIPTION: L'importance écologique et économique du Delta du Saloum a incité l'état sénégalais et la communauté internationale à prendre un certain nombre de mesures de protection de la biodiversité de ce site. Ainsi en 1976, 76 000 ha des ensembles amphibies et maritimes ont été érigés en parc national (Parc National du Delta du Saloum). En 1981, l'ensemble continental a été joint à ce parc pour être inscrit au patrimoine mondial de la biosphère (Réserve de la Biosphère du Delta du Saloum, 180 000 ha). Enfin en 1984, son statut de zone d'accueil de plusieurs espèces d'oiseaux paléartiques, lui a valu d'être classé "Zone Humide d'Importance Internationale" ou "site Ramsar". Dans ce site, la nécessité de concilier les besoins vitaux des populations et les impératifs de conservation se fait sentir avec acuité. De nombreuses contraintes liées à la gestion des ressources sont identifiées ; le déficit pluviométrique et les phénomènes concomitants d'acidification et de salinisation des eaux et des sols, les impacts géomorphologiques, hydrodynamiques et éco-biologiques de l'érosion côtière, les taux élevés de croissance démographique accentuant ainsi la pression foncière, la faiblesse des moyens logistiques et humains alloués à la gestion de la réserve, l'absence ou la faible implication des populations dans la gestion de la réserve, etc. Durant l'année 1998 dans le cadre global de l'initiative de l'UNESCO " Environnement et Développement dans les régions côtières et les petites îles - CSI "; les activités programmées ont été les suivantes:

- poursuivre les campagnes de terrain dans les régions de la Somone et des îles du Saloum afin de procéder à la restauration des écosystèmes côtiers en général et au reboisement des mangroves en particulier, en étroite coopération avec les communautés locales et en utilisant ces campagnes pour la formation "sur le tas";

- associer des équipes de recherche et associations locales aux activités en cours dans les zones côtières de la Somone et du Saloum

- en coopération avec les partenaires des projet - pilotes, en particulier les communautés locales et leurs dirigeants, les ONG ainsi que les enseignants et les étudiants, élaborer des esquisses de "pratiques éclairées" en matière de gestion intégrée et de développement durable dans les régions côtières et les petites îles, sur la base des enseignements tirés de l'ensemble des projets- pilotes de CSI au Sénégal

STATUT: cette action de restauration de la mangrove s'inscrit dans la première phase de recherche - action menée au niveau de la Réserve de Biosphère du Delta du Saloum visait d'une part, d'identification et l'analyse des contraintes liées à la gestion des ressources naturelles de la Réserve de Biosphère du Delta du Saloum et d'autre part, la mise en évidence des principaux axes d'intervention pour une meilleure implication des populations dans la gestion de l'aire protégée et périphérie. Elle devra se poursuivre grâce à l'élaboration et la mise en oeuvre d'un plan de gestion intégrée de la Réserve de la Biosphère du Delta du Saloum.

BENEFICE A LONG TERME:la mangrove est un écosystème qui tire sa particularité et son importance de sa biodiversité et de ses fonctions écologiques et économiques. Au niveau du site de la Somone reboisé à partir de 1995, les premiers résultats montrent un début de recolonisation des peuplements de mangrove associé á une meilleure sédimentation et à la réapparition d'une importante micro-faune (crabes, alevins,...) La mise en oeuvre de ce processus participatif de restauration des écosystèmes dégradés pourrait permettre d'ici une décennie:

- une meilleure connaissance de l'état et de la dynamique de la mangrove,

- un meilleur équilibre entre les fonctions économiques et écologiques de la mangrove,

- la promotion de techniques appropriées d'exploitation des ressources associées à la mangrove (huîtres, pêcheries,...),

- une gestion concertée de la mangrove avec l'ensemble des acteurs partageant la ressources.

RENFORCEMENT DES CAPACITES ET APPUI INSTITUTIONNEL: dans sa démarche ce projet visait à entreprendre et réaliser des activités en relation avec les projets-pilotes de CSI déjà lancés dans la région côtière du Sénégal en maintenant leur caractère intersectoriel, par la collecte de données clés, en liaison avec les processus d'élaboration de politiques, y compris la diffusion des acquis et en tenant compte de la gravité des problèmes environnementaux et sociaux en vue du développement durable de la région côtière. Dans ce contexte, le renforcement des institutions et de la participation des populations locales chargées de la gestion des ressources naturelles est un volet important pour la promotion de "pratiques éclairées" pour une gestion durable de la Réserve de la Biosphère du Delta du Saloum. Ceci passe par des séances de vulgarisation des méthodes de restauration des écosystèmes dégradés impliquant les chercheurs et les responsables locaux (chefs de villages, représentants de mouvements de jeunes, de femmes, ...) Par ailleurs le partenariat avec la Chaire UNESCO/UCAD de Dakar offre l'opportunité de développer un cadre de formation à la problématique et aux méthodologies de la recherche en région côtière pour des étudiants inscrits en DEA et thèse à l'université de Dakar.

DURABILITE: la collaboration, les ONG et associations locales, les communautés locales permet d'assurer l'utilité et la continuité des actions des projets. Par ailleurs, dans le cadre du processus d'élaboration du plan de gestion intégrée de la réserve initié par l'UICN et divers partenaires, on peut s'attendre à une réappropriation et une extension effective des actions de restauration menée dans ce cadre.

TRANSFERABILITE: il s'agira, à partir des conclusions provisoires tirées de l'expérience de reboisement de la mangrove à Mar Lothie et à la Somone d'élargir le programme de restauration en s'appuyant sur des mouvements associatifs organisés à la base comme: Pinda Lothie, UGIS, APEN,SAPAD etc. qui polarisent plusieurs villages de la Réserve de la Biosphère du Delta du Saloum. Cette activité comporte un certain nombre de volets:

- vulgarisation des méthodes de restauration,

- éducation environnementale (foresterie scolaire) et formation,

- mise en place de pépinières et de parcelles de reboisement à travers des campagnes de reboisement, avec un encadrement par des chercheurs seniors, un suivi et des études de terrain par des thésards et une mise en œuvre par les communautés villageoises,

- suivi et évaluation.

Les résultats acquis au niveau de la Réserve de la Biosphère pourront servir de cadre de référence pour d'autres actions de même nature initiées dans les zones côtières ouest - africaines.

CONSENSUS: les enquêtes de terrain ont montré que les seuls arguments scientifiques, esthétiques et récréatifs ne peuvent pas transformer les populations en alliées assurant les exigences et les contraintes de la conservation. Les communautés locales sont souvent parfaitement conscientes de la valeur économiques et écologique de la mangrove et des dangers de la surexploitation. Cependant, compte tenu de la pauvreté, elles peuvent être obligées d'abuser des ressources naturelles pou survivre. En somme pour s'assurer une participation massive de toutes les couches de la population il importe d'aboutir à de véritables programme de développement rural intégré pour répondre aux besoins de l'ensemble des acteurs concernés, freiner la dégradation des écosystèmes et les restaurer dans la mesure du possible.

PROCESSUS PARTICIPATIF: depuis plusieurs années d'importantes recherches ont été réalisées sur ce milieu. Les résultats de ces études méritent d'être valorisés en faveur de la conservation et des populations. Le présent projet tente d'y parvenir suivant une approche participative impliquant les populations locales, les organisations associatives comme "Pinda Lothie", l'Union des Groupements des Iles du Saloum, l'Association pour la Protection de l'Environnement du Niombato,... et l'Equipe Pluridisciplinaire pour l'Etude des Ecosystèmes Côtiers (EPEEC) qui dispose déjà d'une solide expertise scientifique dans l'étude et le suivi des écosystèmes marins côtiers. L'application de la Méthode Active de Recherche Participative a contribué à identification et au classement par les populations elle - mêmes des actions prioritaires.

EFFICIENCE DU PROCESSUS DE COMMUNICATION: le processus de restauration s'appuie sur des campagnes de sensibilisation et d'éducation environnementale de la population, en associant les principaux partenaires locaux, y compris les ONG, ainsi que les organes politiques. La première menée à l'échelle de Mar Lothie a permis développer une stratégie de communication notamment en direction des jeunes. Le processus préliminaire mérite d'être élargi au fur et a mesure pour toucher un cible plus vaste.

RESPECT DES CULTURES: les populations ont toujours entretenu des liens étroits avec leur environnement, des limites d'usages étaient définies (interdictions totales, partielles ou temporaires, limitations d'accès à des groupes définis,...). La mise en oeuvre des activités de terrain vise aussi à déterminer suivant une approche participative l'utilité du savoir et du savoir- faire culturels pour la conservation de la mangrove. Ceci a permis de proposer dans le cadre du futur plan de gestion des techniques appropriées d'exploitation et de gestion des ressources qui prennent en compte des données culturelles.

IMPLICATION DES DIFFERENTES CATEGORIES: l'approche participative développée dans ce projet a permis de répertorier et d'analyser les solutions proposées par toutes les catégories d'acteurs (jeunes, femmes, vieux, catégories socioprofessionnelles, etc.).

DOCUMENTATION: la Réserve de la Biosphère du Saloum a fait l'objet de plusieurs travaux scientifiques au cours de ces dernières années. Une synthèse documentaire a permis de prendre en compte les résultats de ces recherches. Les investigations menées au cours de l'élaboration de projet viennent compléter les résultats obtenus (rapports techniques, publications et articles scientifiques).

EVALUATION: des activités de suivi et d'évaluation sont prévus à moyen et long terme. Elles se basent sur l'étude de la végétation, des études cartographiques et des enquêtes sur la capacité des institutions locales en matière de gestion des ressources naturelles.

DISCUSSION GENERALE: à la lumière du projet de restauration des écosystèmes de mangrove il apparaît que le processus pour être durable suppose une acceptation opérationnel de la participation des population à la conservation ce qui doit correspondre à:

- une participation à la conception, à la planification, à la mise en oeuvre du projet,

- un partage juste et équitable des retombées actuelles et futures de la conservation,

- un suivi des actions de conservation par le renforcement des capacités des populations à pérenniser ces actions.

Cela passe par une démarche à la fois interdisciplinaire, participative et itérative qui permet de prendre en compte l'ensemble de facteurs ( écologiques, économiques, sociaux, culturels,...) qui, dans leur interaction, influencent, déterminent ou motivent les relations entre les populations locales et leur environnement.

Messages in This Thread

SEND YOUR REACTION/RESPONSES TO THE MODERATOR.

| View Thread | Return to Index | Read Prev Msg | Read Next Msg |