| View Thread | Return to Index | Read Prev Msg | Read Next Msg |

Wise Coastal Practices for Sustainable Human Development Forum

Views on 'soft engineering' measures for coastal erosion control. (+Français)

Posted By: Jerry Bernes, Constantine Goudas, Leisa Perch.
Date: Tuesday, 3 July 2001, at 9:57 a.m.

In Response To: A programme for the control of beach erosion / Seychelles. (+Français) (Virginie Cazes-Duvat)

----------------------------------

(Le texte français se trouve en dessous du texte anglais)

MODERATOR'S NOTE: The Example Wise Practice relating to coastal erosion control in the Seychelles (http://www.csiwisepractices.org/?read=357) has generated several responses, which will be combined and posted in the coming months. New members to the Forum are informed that coastal erosion, especially in small islands, is not a new topic to the Forum. In order to assist Forum users, hotlinks to other relevant contributions have been inserted where appropriate.

************

The Seychelles' erosion problem seems well researched and the government's desire for technological innovation is laudable. The proposal to disseminate the results and success of this programme to other island nations is also commendable, as this problem is becoming a typical situation around the world. Unfortunately, the typical solution, dredging for beach nourishment, is not sustainable.

More and more coastal areas are trying to dredge themselves out of erosion. It is not working and cannot work. Two U.S. federal agencies, the Minerals Management Service (MMS), which is the agency charged with finding offshore sand for nourishment, and the U.S. Geological Survey, report that topological changes in the seabed slope resulting from offshore sand mining for beach nourishment cause more erosion onshore. The MMS further states that significant coastal impacts could be expected during storm events by increased wave energy striking the shore. The alternative, channel and harbour dredging for sediment, is also known to cause erosion down-current from these sites. In April-May, 2001, government officials on both the west and east coast of Florida have made the same ominous statement, 'We are out of sand'. Dredging is just not sustainable.

More importantly, in a report released in March 2001, the Office of Naval Research stated 'In harbours, waterfronts and shorelines around the world, sediments that have been contaminated by even small amounts of oil, chemicals or other pollutants may pose a risk to humans and to natural ecosystems'. Eventually, this sand resource is lost in the dredging process by being ground to silt, a smothering pollutant.

So why are we continuing to dredge ourselves literally deeper into a hole? There are alternatives, which are effective, affordable and environmentally sound. Some of these were discussed at the First International Soft Shore Protection Conference, see http://communities.msn.com/softshoreprotectionconfproceedings

Mr. Jerry Berne,
Architect, Charlotte,
North Carolina, U.S.A.

************

Appreciating the efforts of this Forum towards finding wiser coastal practices for sustainable human development, I wish to contribute by presenting the worldwide activities of an international group of scientists and engineers, who wish to convince people and their leaders to switch from 'hard' engineering solutions to coastal erosion, which are often anti-environmental, to 'soft', environmentally acceptable methods of shore protection.

Coastal erosion is a reality, often reaching disastrous levels. Global warming, polar-cap melting, sea-level rise, increased wind-wave-current action, lead to more erosion, more concern and more engineering interventions. We can sympathize with those who call for protection of their shore and properties. But we cannot sympathize with those who employ a technology borrowed from harbour design and construction, namely seawalls, breakwaters, groynes, etc., to protect shorelines. These measures are banned in some areas.

Ignorance is the worst enemy of man.

The First International Conference on 'Soft Shore Protection' was held in Greece in October 2000. Further information about the conference and a list of presenters can be found at http://communities.msn.com/softshoreprotectionconfproceedings. During this conference, scientists and engineers from all over the world met to discuss 'soft' measures for coastal erosion control.

Mr. Constantine Goudas,
Director, Studium of Mechanics,
University of Patras, Greece.

************

I wish to refer to an earlier posting by Mr. Arno Schmid (http://www.csiwisepractices.org/?read=239) in which he advocated the use of 'soft' solutions for shore protection, particularly those which provided 'the zone of interaction between sea and land' sufficient space to keep the natural balance and dynamism. (See also project summary 'Managing beach resources and planning for coastline change, Caribbean islands' http://www.unesco.org/csi/act/cosalc/summary_7.htm).

His observations are similar to mine. Others too have noted similar consequences with hard-engineering responses to coastal erosion problems. These measures have generally proven to bring mostly short-term benefits.

Particularly in the often crowded, near-shore areas of the Caribbean, 'hard' structures have, as Mr. Schmid pointed out, resulted in losses for the person on the other side of the breakwater or groyne. In addition, they have at times increased wave energy in the area.

Consideration of alternative methods is being encouraged. Within the context of climate change and increasing storm and hurricane activity, more discussion and consideration of alternative responses including 'bio-engineering' are likely to become the norm.

It is often said that nature provides us with the materials and tools for survival. Inevitably, it will prove easier and cheaper to protect and preserve coral reefs and sea-grass beds, than to invent man-made structures to perform the same functions.

Ms. Leisa Perch,
Caribbean Planning for Adaptation to Climate Change (CPACC) Project,
Organization of American States, Washington, U.S.A.

******************************************************************************

POINTS DE VUE SUR LES METHODES 'D'INGENIERIE DOUCE" POUR LE CONTROLE DE L'EROSION COTIERE

NOTE DU MODERATEUR : la pratique éclairée exemplaire ayant trait au contrôle de l'érosion côtière aux Seychelles (http://www.csiwisepractices.org/?read=357) a suscité plusieurs réponses qui seront regroupées et postées au cours des prochains mois. Les nouveaux adhérents au Forum sont informés que l'érosion côtière, en particulier dans les petites îles, n'est pas un sujet nouveau pour le Forum. Afin d'aider les utilisateurs du Forum, des liens hypertextes vers les contributions pertinentes ont été insérés dans ce texte.

************

Le problème de l'érosion aux Seychelles semble avoir fait l'objet d'une recherche poussée et le souhait du gouvernement des Seychelles d'avoir recours aux technologies nouvelles est louable. La proposition de diffuser ces résultats vers d'autres nations insulaires et de les informer du succès de ce programme est aussi à féliciter, car ce problème est un cas répandu à travers le monde. Malheureusement, la solution type, le dragage pour le rechargement de plage, n'est pas une pratique durable.

De plus en plus de zones côtières essaient de se sortir de l'érosion par le dragage. Cela ne marche pas et ne peut pas marcher. Deux agences fédérales des Etats Unis, le Service de la gestion des minéraux (SGM) qui est chargé de trouver des sources de sable au large pour le rechargement de plage, et le Service Géologique des Etats Unis, font état de changements de pente des fonds suite à l'extraction du sable au large, pour le rechargement de plage, responsables d'une érosion accrue à la côte. Le SGM ajoute que l'on doit s'attendre à des impacts littoraux non négligeables pendant les tempêtes en raison de l'augmentation de l'énergie des vagues attaquant le rivage. L'alternative, le dragage des chenaux et des ports pour des sédiments, est aussi une cause d'érosion à l'aval des sites d'extraction. En avril-mai 2001, des représentants du gouvernement sur les côtes ouest et est de la Floride ont fait la même constatation désolante, "Nous n'avons plus de sable". Le dragage n'est pourtant pas une pratique durable.

Plus important, dans un rapport publié en mars 2001, le Bureau des recherches navales a déclaré "Dans les ports, les bords de mer et rivages du monde, les sédiments ont été contaminés même par de faibles quantités de pétrole, de produits chimiques et autres polluants qui peuvent être sources de risques pour les humains et pour les écosystèmes". Cette source de sable fini par être perdue pendant le processus de dragage en se transformant en un polluant asphyxiant.

Alors pourquoi continuons-nous à nous enfoncer en draguant un abysse de plus en plus profond ? Des solutions alternatives existent, qui sont efficaces, bon marché, et respectueuses de l'environnement. Certaines d'entre elles ont été discutées lors de la première conférence sur les méthodes d'ingénierie douce de protection du littoral, dont le site web est http://communities.msn.com/softshoreprotectionconfproceedings

M. Jerry Berne,
Architecte, Charlotte,
Caroline du Nord, Etats-Unis.

************

Appréciant les efforts de ce Forum pour trouver des pratiques plus éclairées dans les régions côtières pour un développement durable, je voudrais y apporter ma contribution en présentant les activités à l'échelle mondiale d'un groupe international de chercheurs et d'ingénieurs, qui souhaite convaincre les gens et leurs responsables de passer des réponses d'ingénierie 'dure' face à l'érosion côtière et qui sont souvent dommageables à l'environnement, à des méthodes de protection du littoral dites 'douces' et acceptables pour l'environnement.

L'érosion côtière est une réalité, qui atteint souvent des seuils catastrophiques. Le réchauffement planétaire, la fonte des calottes glaciaires, la montée du niveau des mers, l'augmentation de l'action combinée vent-vagues-courant, tous conduisent à davantage d'érosion, davantage de prise de conscience et davantage d'intervention d'ingénierie. Nous pouvons compatir avec ceux qui demandent plus de protection de leurs rivages et de leurs propriétés. Mais nous ne pouvons compatir avec ceux qui ont recours aux technologies propres à la conception et à la construction de ports, à savoir les digues, les brise-lames, les épis, etc. pour protéger les rivages. Ces mesures sont aujourd'hui bannies dans certains endroits.

L'ignorance est le pire ennemi de l'homme.

La première conférence internationale sur 'La protection douce du littoral' a eu lieu en Grèce en Octobre 2000. Des information supplémentaires sur la conférence et une liste des intervenants se trouvent à l'adresse http://communities.msn.com/softshoreprotectionconfproceedings. Pendant cette conférence, les scientifiques et les ingénieurs du monde entier se sont rencontrés pour discuter des méthodes 'douces' pour le contrôle de l'érosion côtière.

M. Constantine Goudas,
Directeur, Studium en Mécanique,
University de Patras, Grèce.

************

Je voudrais revenir sur une intervention précédente de M. Arno Schmid (http://www.csiwisepractices.org/?read=239) dans laquelle il défend l'utilisation de solutions 'douces' pour la protection du littoral, en particulier celles qui maintiennent une zone suffisante d'interaction entre la terre et la mer pour assurer l'équilibre naturel et le dynamisme'. (Voir aussi le résumé du projet 'Gestion des ressources des plages et planification face aux changements du trait de côte, Iles Caraïbes' http://www.unesco.org/csi/act/cosalc/summary_7.htm).

Ses observations sont semblables aux miennes. D'autres ont aussi noté des conséquences semblables associées à l'usage des solutions d'ingénierie dure face au problème de l'érosion côtière. Ces méthodes ont démontré qu'elles n'apportent en général que des bénéfices à court terme.

En particulier, dans les zones souvent très peuplées du bord de mer dans les Caraïbes, des structures en dur ont, comme le souligne M. Schmid, entraîné des pertes pour les personnes situées en aval des brise-lames ou des épis. De plus, elles ont parfois augmenté l'énergie des vagues dans la zone.

Il faut encourager la prise en compte de méthodes alternatives. Dans le contexte de changement climatique et d'augmentation de l'activité des tempêtes et des ouragans, il est probable que les discussions au sujet de réponses alternatives, dont fait partie la "bio-ingénierie'', deviendront la norme.

On dit souvent que la nature nous apporte les matériaux et les outils de notre survie. Il est évident qu'il sera plus facile et moins coûteux de protéger et préserver les récifs coralliens et les herbiers que d'inventer des structures artificielles pour remplir les mêmes fonctions.

Mme Leisa Perch,
Projet Caraïbe de planification pour l'adaptation au Changement Climatique (PCPACC),
Organisation des Etats américains, Washington, Etats Unis.

Messages in This Thread

SEND YOUR REACTION/RESPONSES TO THE MODERATOR.

| View Thread | Return to Index | Read Prev Msg | Read Next Msg |