| View Thread | Return to Index | Read Prev Msg | Read Next Msg |

Wise Coastal Practices for Sustainable Human Development Forum

A regional approach to integrated coastal management / West Indian Ocean Islands (+français)

Posted By: Yves Henocque
Date: Thursday, 22 July 1999, at 3:27 p.m.

Texte Français

Key words: coral reefs, ecotoxicology, sand mining, tourism.

DESCRIPTION: The Indian Ocean Commission (COI) is an intergovernmental organisation which has been set up between the five island states of the South-western Indian Ocean: Comoros, Madagascar, Mauritius, Reunion/France, and Seychelles. Among other programmes, (Tuna fisheries development, Tourism development, Trade exchanges, etc.), it launched in 1995 an Environment Programme (PRE-COI) mainly supported by the European Union, under the Lome IV Agreement with developing countries. This programme of 13 million Euro will be concluded (at least, the first phase of it) by March 2000. It is implemented under the management of a Regional Unit based in Mauritius, and National Coordination units located in each member state. From 1996, the whole programme has been assisted by a European consortium of experts dealing with natural sciences as well as human sciences.

The objective of this integrated coastal zone management programme for the Indian Ocean is to assist member states of the Indian Ocean Commission to define problems and implement policies and actions which work towards more sustainable development. Its main corresponding activities are :

- the execution of national and regional environmental diagnostic assessment;

- the setting up of regional networks and permanent observatories on the coastal zone, following four main topics : Reef protection, Ecotoxicology, Coastal erosion, and Coastal pollution ;

- the definition and implementation of ICZM demonstration sites or pilot operations as follows:

- Madagascar: integrated management strategies in the Menabe region,

- Comoros: concerted planning for solid waste management in Itsandra Bay, - Mauritius: integrated management plan for the Western area,

- Seychelles: improvement of eco-tourism in the Grande Anse area,

- Reunion: management of the Marine Park in the reef area.

STATUS: The programme entered its 5th year of implementation and is in its final phase. The main objective is therefore to consolidate the results, more specifically by stabilising the regional networks on Reef and Ecotoxicology, and the pilot activities at the local and national levels. At the same time, a new regional structure for sustainable development is under preparation for future programme development.

DISCUSSION: This discussion focuses on some of the constraints and benefits of developing ICZM tools and processes simultaneously within a regional organisation and its member countries.

LONG TERM BENEFIT: In the long term, one may think that interactions and exchanges between island states will speed up the ICZM process and provide strengthening of the coordinating body represented by the Indian Ocean Commission as an intergovernmental organisation. INDICATORS: Indicators will hardly derive from the initial logical frame since it refers more to the programme's own development than to its effective impacts on coastal management policies in the different countries. A first set of sustainable development indicators will have to be developed at the national and regional levels.

CAPACITY BUILDING AND INSTITUTIONAL STRENGTHENING: Since the expertise is combined between international and regional experts (Indian Ocean Commission (COI) region: about 40% of the total expertise), there is a good transfer of know-how regarding the implementation of the different activities. Another capacity building activity was through the organisation of technical workshops in different island states in the region. Regarding institutional strengthening, the impact is rather modest at the national level. Still, national governments have to be convinced that it is to their advantage to promote a stronger Indian Ocean Commission and thus its policy towards more sustainable ways of development.

SUSTAINABILITY: The focus on one side is on networking, specifically for Reef protection and Ecotoxicology management. These regional networks correspond to specific Regional Action Plans and still have to be formalised within and between member states. The reef monitoring network is a sub-regional node of the Global Coral Reef Monitoring Network and will be supported for the next three years under a GEF mid-size project. On the other side, an agreement on Regional Policy for Sustainable Development and its action plan should be signed by the end of 1999. If signed, it will allow the establishment of a new institutional structure within the Indian Ocean Commission.

TRANSFERABILITY: Guidebooks (reef monitoring, sea-cucumber quality) and an atlas (Seychelles) have been published. Others will follow, based on the programme outputs. A comparative analysis and evaluation of the pilot operations is still needed in order to profit fully from the results and lessons learned in each country.

CONSENSUS BUILDING: It is probably too early to conclude on the benefits to various stakeholders. There is a risk of losing momentum if activities like the pilot operations are stopped.

PARTICIPATORY PROCESS: In spite of many meetings and workshops, the participatory process never went smoothly, especially from the economic actors. Specifically at the local level, through the pilot operations, the programme still has to demonstrate the economic benefits that the stakeholders can derive from the ICZM practical exercises.

EFFECTIVE AND EFFICIENT COMMUNICATION PROCESS: There is still a long way to go here, since communication has been rather slow since the beginning of the project. This is true for national governments but also for international organisations and programmes. However, an effort has been made recently to gather information about the programmes and to make them available on CD-ROM. INDICATOR: since the programme's scope is very large and covers many topics, there is no one specific indicator but many depending on the activities. In this regard, the initial indicators included in the logical framework matrix were not very helpful because they were too vague.

CULTURALLY RESPECTFUL: In most of the countries, there are conflicts between "modern" regulations and traditional practices. The best approach to analyse and to solve the problem is through local pilot operations and their activities.

GENDER AND SENSITIVITY ISSUE: For all the member states, maybe except Madagascar because of its size and natural resources, one of the most sensitive and urgent issue is coral sand mining and its impact on fishing and tourism. There is a critical problem relating to alternative building materials and loss of jobs.

DOCUMENTATION: there is a huge amount of documentation (the expert group, GREEN, produced more than 70 reports so far), which has been produced within the programme and outside of it as well. As said before, work is under way analysing, synthesising, organising and releasing this enormous documentation as an easy-access tool like a CD-ROM.

EVALUATION: after the mid-term review, a final evaluation is planned by the end of 1999.

GENERAL DISCUSSION: the European Commission considers this ICZM programme as a pilot one among the many programmes it supports with African/Caribbean/Pacific (ACP) countries and island states. For the Indian Ocean Commission and its member states it is a new approach which, 5 years later (admittedly a very short period for an ICZM process), still needs to be explained and justified through practical exercises and very concrete results. The huge amount of information produced, if well synthesised and communicated, can be very helpful in this regard. As in many programmes of this type, there are important differences between the design phase (logical framework) and the actual project implementation, which had to be continually adapted. *****************************************************************************************

UNE APPROCHE RÉGIONALE DE LA GESTION INTÉGRÉE DES ZONES CÔTIÈRES / ILES OCCIDENTALES DE L'OCÉAN INDIEN

DESCRIPTION: La Commission de l'Océan Indien (COI) est une organisation intergouvernementale instaurée entre les cinq Etats insulaires du Sud-Ouest de l'Océan Indien que sont les Comores, Madagascar, Maurice, la Réunion/France, et les Seychelles. Entre autres programmes (Développement de la pêche thonière, Développement du tourisme, Echanges commerciaux, etc.), la COI a initié en 1995 un Programme Régional Environnemental (PRE-COI) principalement soutenu par l'Union Européenne selon les accords de Lome IV avec les pays en développement. Ce programme de 13 Millions d'Euro prendra fin (tout du moins sa première phase) en mars 2000. Il est mis en oeuvre par une Direction Régionale basée à Maurice (Port-Louis) et des Coordinations Nationales situées dans chaque pays membre. Depuis 1996, l'ensemble du programme a bénéficié de l'assistance d'un consortium d'expertise européen couvrant aussi les sciences de la nature que les sciences sociales.

L'objectif de ce programme de Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC) est d'assister les Etats membres dans leurs efforts d'identification des problèmes et de mise en oeuvre des politiques et des actions susceptibles de conduire à un développement plus durable. Ses principales activités de soutien concernent :

- l'élaboration de bilan diagnostic environnemental aux niveaux national et régional ;

- l'établissement de réseaux régionaux et d'observatoires permanents sur la zone côtière dans quatre domaines prioritaires : Protection des Récifs coralliens, Ecotoxicologie, Erosion côtière, et Pollution côtière ;

- le choix de zones pilotes pour la mise en oeuvre d'un processus GIZC dans chacun des pays membres :

- Madagascar : Elaboration d'une stratégie de gestion intégrée des zones côtières de la région du Menabe,

- Comores : Planification concertée pour la gestion des déchets solides de la baie d'Itsandra,

- Maurice : Elaboration d'un Plan de gestion intégrée de la zone Sud-Ouest de l'île,

- Seychelles : Promotion de l'éco-tourisme dans la zone de Grand Anse, Mahé,

- Réunion : Gestion d'un Parc Marin en zone récifale.

STADE DE DEVELOPPEMENT : Le programme est dans sa cinquième année d'exécution qui correspond à sa phase finale. L'objectif majeur est donc à présent de consolider les résultats acquis, plus spécifiquement en stabilisant les réseaux régionaux sur les Récifs et les phénomènes Ecotoxicologiques, ainsi que les opérations pilotes et leurs activités aux niveaux local et national. Dans le même temps, une nouvelle structure régionale pour le développement durable (Unité de Développement Durable / Commission Régionale de Développement Durable) est en cours de définition pour la mise en oeuvre et le suivi des activités à venir.

DISCUSSION : Cette discussion est axée sur les contraintes et les avantages que représente la mise en oeuvre du processus et des outils GIZC de manière simultanée au niveau d'une organisation régionale et de ses Etats membres.

BENEFICE LONG TERME : Sur le long terme, on peut penser que les interactions et les échanges entre Etats membres vont accélérer le processus GIZC pourvu qu'il y ait un renforcement de l'entité coordinatrice représentée par la Commission de l'Océan Indien en tant qu'organisation intergouvernementale.

INDICATEURS : Les indicateurs définis dans le cadre logique initial restent peu opérationnels du fait qu'ils se réfèrent plus au programme lui-même qu'à ses effets sur les politiques de gestion environnementale dans les différents pays. Une première série d'indicateurs de développement durable devront être développés aux niveaux national et régional.

CAPACITE ET RENFORCEMENT INSTITUTIONNEL : Etant donné que l'expertise est partagée entre experts internationaux et régionaux (appartenant aux pays de la COI, soit 40% de l'expertise totale), il s'opère un bon transfert de savoir-faire quant à la mise en oeuvre des différentes activités.

Une autre voie a consisté en l'organisation d'ateliers techniques tenus dans les différents pays de la région.

Pour ce qui est du renforcement institutionnel, l'impact reste plutôt modeste au niveau national. Il reste encore à convaincre les gouvernements nationaux qu'ils auraient tout avantage à promouvoir une Commission de l'Océan Indien renforcée pour une politique menant à modes de gestion plus durable du développement.

DURABILITE : L'accent est tout d'abord mis sur la mise en réseau, plus particulièrement pour la protection des récifs, et la gestion des phénomènes d'écotoxicologie. Ces réseaux régionaux qui correspondent à des Plans d'Action Régionaux, demandent encore à être formalisés au sein des pays et entre eux. Le réseau de suivi de la santé des récifs coralliens constitue un noeud régional du Réseau Mondial de Suivi des Récifs Coralliens (GCRMN) et sera soutenu pour les trois prochaines années par un projet "mid-size" du FEM (Fonds de l'Environnement Mondial).

Sur le plan régional, un document de Politique Régionale de Développement Durable (PRDD) devrait être signé entre les Etats à la fin de 1999. Une fois signé, cet accord formel devrait permettre la mise en place d'une nouvelle structure institutionnelle au sein du Secrétariat Général de la Commission de l'Océan Indien.

TRANSFERABILITE : Des guides méthodologiques (suivi des récifs, qualité des concombres de mer) et un atlas de sensibilité/vulnérabilité (Mahé, Seychelles) ont été publiés. D'autres vont suivre, basés sur les acquis du programme. Une évaluation pour analyse comparée des différentes opérations pilotes est prévue afin de tirer le meilleur profit des résultats et des leçons disponibles dans chaque pays.

NIVEAU DE CONSENSUS : Il est probablement encore trop tôt pour conclure quant aux bénéfices que les acteurs ont pu tirer du programme. Il y a toujours un risque de perdre l'élan de départ si des activités telles que les opérations pilotes s'arrêtent avec la fin du programme.

PROCESSUS DE PARTICIPATION : Malgré la tenue de nombreuses réunions et ateliers, le processus de participation est resté très difficile à mettre en oeuvre, particulièrement de la part des acteurs économiques. Au niveau local, à travers les opérations pilotes, le programme a encore à mettre en évidence les bénéfices économiques que les acteurs peuvent attendre des exercices pratiques de Gestion intégrée des zones côtières.

EFFICIENCE ET EFFICACITE DE LA COMMUNICATION : Il y a encore beaucoup à faire du fait que la communication a été peu développée depuis le début du projet. Ceci est vrai vers les gouvernements nationaux comme vers les organisations internationales et leurs programmes. Cependant, un effort de capitalisation des résultats du programme est en cours sous la forme de la réalisation d'un CD-ROM regroupant et présentant l'ensemble des résultats.

PRISE EN COMPTE CULTURELLE : Dans la plupart des pays, il y a conflit entre le droit moderne et le droit traditionnel. La meileure approche pour essayer de régler ce problème est locale, à travers les opérations pilotes et les plans d'action définis en commun.

PROBLEME SENSIBLE : Pour tous les pays membres, peut-être excepté Madagascar du fait de sa taille et de ses ressources, un des plus aigüs et urgents problèmes est l'extraction du sable corallien et son impact sur la pêche et le tourisme. Toute alternative devra non seulement prendre en compte les matériaux de substitution mais également la perte éventuelle d'emploi.

DOCUMENTATION : Il y a une énorme quantité d'information produite par le programme (le groupe d'expertise européen et régional a produit plus de 70 rapports dans tous les domaines jusqu'à ce jour) mais également par ailleurs. Comme dit précédemment, cette somme d'informations est actuellement en cours d'analyse, de synthèse et de structuration sous forme d'un support simple d'accès qu'est le CD-ROM.

EVALUATION : Après une première revue de mi-parcours, une évaluation finale est prévue pour la fin de 1999.

DISCUSSION GENERALE : La Commission Européenne (DG VIII) considère ce programme GIZC comme pilote parmi les nombreux autres qu'elle soutient dans les pays ACP (Afrique/Caraïbes/Pacifique). Pour la Commission de l'Océan Indien, il s'agit d'une nouvelle approche qui, cinq ans plus tard (ce qui est très court pour le processus GIZC), demande encore à être expliquée via des réalisations très concrètes. L'énorme quantité d'information produite, si elle est bien synthétisée et restituée, peut être très utile à cet égard. Comme dans beaucoup de programmes de ce type, il y a des divergences importantes entre la phase de conception (cadre logique) et la mise en oeuvre effective qui demande à être adaptée continuellement.

Messages in This Thread

SEND YOUR REACTION/RESPONSES TO THE MODERATOR.

| View Thread | Return to Index | Read Prev Msg | Read Next Msg |