| View Thread | Return to Index | Read Prev Msg | Read Next Msg |

Wise Coastal Practices for Sustainable Human Development Forum

"Self-help" among stakeholder groups / Haiti (+français)

Posted By: Jean Wiener
Date: Monday, 14 June 1999, at 11:04 a.m.

----------------------------

(Le texte français se trouve en dessous du texte anglais)

Key words: environmental management, networks, political policies.

DESCRIPTION: In Haiti the lack of cooperative activities between similar stakeholder groups, and even among individuals of the same stakeholder group are at best sporadic, and in most cases non- existent. To the cultural attitude before the 1986 coup d'etat of "ci die vle" (if God wants), has now been added "every man (woman) for themselves." With rampant theft, total lack of direction, and ineptitude at almost all levels of governance this is an understandable situation in a country traversing such difficult times. Suspicion of anyone asking questions, or trying to help has grown. The attitude observed by the lower classes in regards to those in government (grab as much as you can while you can) has now, also become the norm among the lower classes. Instead of working together towards similar goals, infighting among and within groups tends to worsen already disastrous situations (admittedly this is nothing new in the world). The goals of this particular program are to educate and strengthen stakeholder groups involved in resource use and to create networks between these groups to encourage environmental management.

STATUS: This WP is at the start-up stage. The first in-roads to rally the stakeholders are being made.

DISCUSSION:

LONG-TERM BENEFIT: Strengthening of these stakeholder groups will allow them to more actively participate in needed environmental management roles for years to come.

CAPACITY BUILDING AND INSTITUTIONAL STRENGTHENING: The goals are to educate and strengthen, and thereby rally popular support for the activities which will be of benefit to all.

SUSTAINABILITY: If enough momentum can be acquired, sustainability is assured. Admittedly this will be a long process of changing an entire culture's attitude.

TRANSFERABILITY: This is assured with success.

CONSENSUS BUILDING: Popular support for activities which can only raise productivity of, and increase income from, the wise management of the marine environment, will benefit all.

PARTICIPATORY PROCESS: All stakeholder groups are kept aware of what the others are doing, and soon joint stakeholder meetings will be held in order to ensure EFFECTIVE AND EFFICIENT COMMUNICATION. PROCESS: A multidirectional communication process involving dialogue, consultation and discussion is needed to attain awareness.

CULTURALLY RESPECTFUL: No new activities are forced upon the stakeholder groups. However, where there is a problem in terms of activities which may be causing environmental degradation, alternatives are discussed (rationally).

GENDER AND/OR SENSITIVITY ISSUES: The process accounts for the many aspects of gender and/or other sensitive issues. Women play a large role in the marketing of fisheries products and providing a second income to the household when production drops. They are a very important part of the community structure and are mostly neglected in the "bigger/more important" community activities. Through this program they are to be strengthened in terms of the important role they play.

STRENGTHENING LOCAL IDENTITIES: The stakeholders are allowed to present activities which they feel are necessary for their betterment which the project may then support. The weaknesses of the various stakeholder groups still necessitates, at times, the implementing institution to take charge. The goal is to eventually provide the local stakeholder groups with complete ownership of different programs and to increase self-reliance.

LEGAL NATIONAL POLICY: The activity adheres to current government environmental, economic, legal and social policies.

REGIONAL DIMENSION: The activity should embody the regional economic, social and environmental perspective.

DOCUMENTATION: Reports have been and are being written.

EVALUATION: This is the first time this type of activity is being undertaken in Haiti. So far results have been good; and an evaluation will certainly be necessary in the near future. ***************************************************************************************

"AUTO-ASSISTANCE" ENTRE GROUPES DE PARTENAIRES / HAITI

DESCRIPTION : A Haïti, les activités de coopération entre les groupes de parties prenantes, et même au sein d'un même groupe, sont rares et dans la plupart des cas inexistantes. Au concept culturel "ci die vle" (si dieu le veut), qui a été adopté déjà avant le coup d'état de 1986, vient s'ajouter celui de "chacun (homme/femme) pour soi". La situation du pays s'explique par les temps difficiles qu'il traverse: vols manifestes, manque total d'orientation et incompétence à presque tous les niveaux de direction. Le soupçon pèse sur quiconque ose poser des questions ou essaye d'apporter son aide . Par ailleurs, Le comportement observé chez les classes dirigeantes (prenez autant que vous pouvez tant que vous le pourrez) est maintenant adopté également par le prolétariat. Au lieu de travailler ensemble vers les même objectifs, les individus d'un même groupe et les groupes entre eux se livrent des luttes qui tendent à empirer une situation qui était déjà désastreuse (il faut reconnaître que ça n'a rien de nouveau dans le monde)

Les buts de ce programme particulier sont d'éduquer et de renforcer les groupes de parties prenantes impliqués dans l'utilisation de ressources et de créer des réseaux parmi ces groupes afin d'encourager la gestion de l'environnement.

STATUT : Cette pratique éclairée est au stade de lancement. Les premiers pas pour rallier les différentes parties prenantes sont entamés.

BENEFICE A LONG TERME : : Le renforcement de ces groupes de parties prenantes va les aider à jouer un rôle plus actif dans la gestion de l'environnement dans les années à venir.

RENFORCEMENT DES CAPACITES ET APPUI INSTITUTIONNEL : Les buts sont d'éduquer, de renforcer et, de ce fait, d'orienter le soutien de la population vers les activités qui seront utiles à tous.

DURABILITE : Si le programme est mené avec un minimum de sérieux, les impératifs de durabilité seront observés. Il faut reconnaître que le processus qui permettra de changer le comportement d'une culture entière sera long.

TRANSFERABILITE : Son succès est assuré.

CONSENSUS : Le soutien de la population aux activités qui peuvent accroître la productivité grâce à une gestion appropriée de l'environnement marin, et qui de ce fait augmentera les revenus, profitera à tous.

PROCESSUS PARTICIPATIF : Tous les groupes concernés sont tenus informés des activités de leurs homologues et bientôt des réunions entre les différents acteurs seront organisées dans le but d'assurer une COMMUNICATION REELLE ET EFFICACE. PROCESSUS : La prise de conscience demande des moyens de communication à tous les niveaux, basés sur le dialogue, la consultation et la discussion.

RESPECT DES CULTURES : Les groupes de parties prenantes n'ont aucune contrainte quand aux nouvelles activités. Cependant, en cas de problème, susceptible de causer une dégradation de l'environnement, des solutions sont proposées (rationnellement).

SENSIBILITE AUX ROLES MASCULIN/FEMININ ET AUTRES: Ce processus prend en compte les divers aspects des sensibilités liées aux rôles masculin/féminin ou autres considérations. Les femmes jouent un grand rôle dans le commerce de produits de la pêche et dans l'apport d'un second revenu dans le foyer, lorsque la production baisse. Elles représentent une partie importante de la structure de la communauté et sont pour la plupart mises à l'écart dans les activités communautaires les "plus grandes/importantes". A travers ce programme, leur participation devrait être renforcée compte tenu du rôle important qu'elles jouent.

RENFORCEMENT DE L'IDENTITE LOCALE : Les groupes de parties prenantes sont autorisés à présenter des activités qu'ils estiment nécessaires à leur amélioration et qui pourraient être soutenues par le projet. Les faiblesses des différents groupes concernés nécessitent encore que, de temps à autre, l'institution qui s'est occupée de la mise en ?uvre en prenne la charge. Le but est de permettre aux groupes de parties prenantes locaux d'avoir une totale responsabilité des différents programmes et d'augmenter leur l'autonomie.

REGIME JURIDIQUE NATIONAL : L'activité est conforme aux dispositions gouvernementales concernant l'environnement, l'économie, le droit et la vie sociale.

DIMENSION REGIONALE : L'activité devrait s'inspirer de la perspective régionale au point de vue économique, social et environnemental.

DOCUMENTATION : Des rapports ont été et seront rédigés.

EVALUATION : C'est la première fois que ce type d'activité est entrepris à Haïti. Jusqu'à présent les résultats ont été satisfaisants. Une évaluation sera certainement nécessaire dans un avenir proche.

Messages in This Thread

SEND YOUR REACTION/RESPONSES TO THE MODERATOR.

| View Thread | Return to Index | Read Prev Msg | Read Next Msg |