| View Thread | Return to Index | Read Prev Msg | Read Next Msg |

Wise Coastal Practices for Sustainable Human Development Forum

Methodologies for carrying capacity in small island states / Indian Ocean. (+Français)

Posted By: Virginie Cazes-Duvat.
Date: Thursday, 4 October 2001, at 10:51 a.m.

-----------------------------

(Le texte français se trouve en dessous du texte anglais)

-----------------------------

Small tropical island states are characterized by a high level of social and environmental vulnerability as a result of rapid population growth and coastal development; high human pressure on coastal resources e.g. wood, sand, fish; increasing tourism and the emerging conflicts between the interests of tourists and residents; physical constraints, e.g. mountainous islands with steep slopes and narrow coastal plains, sand cays vulnerable to beach loss and coral reef bleaching.

The main purpose of carrying capacity tools is to avoid environmental degradation and social conflicts. Single island states and archipelagos require different approaches, which are presented below through two different case studies.

-- ISLAND STATES AND EUROPEAN-INFLUENCED ISLANDS --

They are characterized by high population density rates (Mayotte, La Réunion, Mauritius, Mahé in Seychelles) and therefore by a high vulnerability both to environmental degradation and social conflict. All activities and resource/land-use interests are concentrated in the same areas, which must then be properly managed. Carrying capacity methodologies must be based upon coastal site vulnerability assessment, so as to determine which sites can support development projects at low risk. Planning plays an important role in sustainable development. All types of uses have to be considered, and density levels for industries, habitats, tourism, have to be precisely determined. Management plans, regulations, conservation policies, information, training and awareness campaigns must be implemented through a consistent and integrated policy. Carrying capacity assessments complement these activities by determining the most suitable distribution of users and activities.

- La Réunion Case Study

GENERAL DESCRIPTION: An innovative methodology, established by the Laboratory of Environment of the Department of Geography, La Réunion University, and financially supported by the Conseil Régional (local district), is presently being implemented on the coralline coastal zone of La Réunion Island, to determine carrying capacity levels. The study comprises three steps: (1) coastal zoning to define consistent management units; (2) environmental and social studies to determine the carrying capacity of each geographical unit; (3) development of a general coastal land use plan.

STATUS: The study is ongoing. The first stage was completed in July 2000 and the second stage is under way. Surveys are being undertaken on the different coralline beaches and picnic areas to determine the social vulnerability. Environment assessments have already been done.

LONG TERM BENEFIT: This kind of approach has two kinds of benefits: immediate benefits such as an improved knowledge, an overall audit of coastal units, and the preparation of a complete database; long term benefits through planning for sustainable coastal development, which takes into account environmental and social constraints, defines protection zones, and ensures that future generations will benefit from the same resource level as present generations.

CAPACITY BUILDING AND INSTITUTIONAL STRENGTHENING: the general planning principles established in the planning master scheme of La Réunion Island (Schéma d’Aménagement Régional, 1995) are being completed with special attention being given to coastal areas. In this second phase of the project, regular discussions are taking place between representatives of the different services of the Conseil Régional, thus strengthening capacity building and institutional efficiency. New projects concerning town planning and development in mountainous areas are being established along similar lines to the coastal zone project, and carrying capacity methodologies are being designed for these areas. Integrated approaches are being advocated

SUSTAINABILITY: carrying capacity methodologies are sustainable development tools as they include preventive planning for well-balanced territorial development.

TRANSFERABILITY: the methodology being applied in La Réunion Island was first elaborated on the north-western coast of Mauritius. It is highly transferable to all island states with a high-density population and medium to high development. The methodology can also be transferred to other areas, such as mountainous and town areas.

CONSENSUS BUILDING: most stakeholders want to see sustainable development. The purpose of carrying capacity methodologies is to guarantee the continuity of development, which meets the interests of the different groups concerned.

PARTICIPATORY PROCESS: participation will have to be initiated through local development projects so as to involve residents in development strategies and negative impact control. A pilot project is being drawn up in a special area where there are several uses and examples of resource degradation.

EFFECTIVE COMMUNICATION: communication will be organized in the last phase of the project so as to involve the different actors concerned in the coastal zone plan.

CULTURALLY RESPECTFUL: culture is one of the standards of the social vulnerability assessment. All negative social impacts of development are assessed in the methodology. Their level is taken into account to determine carrying capacity levels of each coastal unit.

GENDER AND SENSITIVITY ISSUES: there are no specific gender or sensitivity issues.

DOCUMENTATION: documentation is being produced during the study, including reports on the environmental and social studies, and the database will be integrated into the local Geographical Information System.

EVALUATION: evaluation of the project will have to be undertaken in five to ten years to determine the level of implementation of the main principles. Use levels of the different coastal units should be consistent with those recommended.

GENERAL DISCUSSION: Carrying capacity methodologies are interesting sustainable development tools: they provide information in the form of a complete environmental and social audit; coastal zoning creates consistent management units; carrying capacity levels are defined on the basis of coastal vulnerability and they can be regularly re-assessed so as to prevent conflicts and non-reversible degradation.

-- ARCHIPELAGOS --

Carrying capacity methodologies pursue different approaches in archipelagos. In the case of archipelagos, it is pertinent to pursue two management policies, one for the central island or group, and another one for distant sand cays and atolls. In the Republics of the Seychelles (where the Island Development Company is in charge of coral islands and atolls) and the Maldives (where there is a separate Ministry of Atolls), distant atolls and sand cays are specific administrative entities. Some of them have no population or are inhabited by very few people (5 to 20). In most cases, and as a consequence of their small size, these islands are exclusively devoted either to tourism or to habitat conservation. Some of these islands are no longer inhabited or exploited, since the copra market moved to the Asian states in the 1970s. In most cases, these isolated territories cannot be reached by plane and they do not contribute to the gross national product.

Many of these islands are less than 1 km2 in area and are composed of coralline sand. They are very vulnerable to coastal erosion. Coral bleaching is also a serious concern. The main risk is from coastal structures disrupting coastal sand transport, this is especially serious in the Maldives. Recent development projects have been based on tourism. Socially, their small dimensions contribute to a high vulnerability for conflicts. These islands must be managed in total, it is neither possible to promote competitive uses, nor to join populations whose priorities are different. Consistent and cohesive development projects are needed, up-market tourism seems to be a profitable activity, as it involves limiting the number of tourists and the provision of high quality service. In the Seychelles, all hotels established on sand cays can have only 25 suites. Other activities are linked to tourism (farming, fishing, environmental protection). As a result of a small population and a considerable distance from central islands, social risk is generally low. Carrying capacity rates have to be established according to the projects needs.

- Bird Island Case Study

Bird Island is a private island in the Seychelles archipelago, which is north of the main granite islands. It covers 70 hectares, has a good level of infrastructure, and it is connected to Mahé with daily flights. Soon after the opening of the international airport on Mahé in 1972, the owner of Bird Island started to develop an up-market tourism project and 25 bungalows were built.

STATUS: the Bird Island project was initiated in 1976, as a high standard, environmentally-friendly tourism development.

LONG TERM BENEFIT: long term benefits can already be partly evaluated. A sea bird conservation project has permitted the regeneration of the Sooty tern colony, which had fallen to 15,000 couples in 1967 because of egg and bird collection. More than 1.5 million couples now gather every year for reproduction from March to October.

CAPACITY BUILDING AND INSTITUTIONAL STRENGTHENING: Bird Island is a private island, however the owner collaborates with the Republic’s decision-makers. Thus the experiences are shared and Bird Island is becoming a sustainable development model.

SUSTAINABILITY: tourism numbers are controlled, no more than 20 passengers a day can fly into the island and the total hotel accommodation is 48 persons. Helicopter and sailing boat passengers are not accepted on the island. Consequently, there has been no tourism increase since the beginning of the 1980s when the occupancy rate reached 85%. Solid waste is sent back to Mahé, and electricity is obtained from solar energy. Freshwater is pumped from the shallow water-lens, there is no swimming pool and water conservation is promoted. There are two wastewater treatment units. The workers live in a village close to the hotel, they are well informed about conservation and have a high level of job satisfaction.

TRANSFERABILITY: the Bird Island development project could be transferred to other islands in the Seychelles, such as Denis Island. Controlling visitor numbers through limited access and the number of accommodation units can be established in other isolated islands.

CONSENSUS BUILDING: there is a high level of consensus in the Bird Island project within and between all the stakeholders: owners, hotel manager, workers, tourists. Everybody is involved in the bird and turtle conservation projects.

PARTICIPATORY PROCESS: the participatory process is guaranteed through the involvement of the tourists and the workers in the turtle monitoring and nature conservation.

EFFECTIVE COMMUNICATION: the small dimension of the island guarantees a high level of information sharing.

CULTURALLY RESPECTFUL: the Bird island project is culturally respectful. There is a unique way of life on the island, everyone is asked to respect the same rules.

GENDER AND SENSITIVITY ISSUES: there is nothing special to say on this issue.

DOCUMENTATION: Bird Island is well documented. Special bird life issues are regularly published and Bird Island is a member of Birdlife International and well integrated into international conservation networks.

EVALUATION: socio-economic and environmental evaluations have been carried out and they show the success of this type of project. Such an experience is seldom in Seychelles where many development projects are dependent on external capital.

GENERAL DISCUSSION: small island states are more exposed to social and environmental risks than continental states. Carrying capacity tools are very important in planning for well-balanced development, especially in densely populated islands. In isolated sand cays and atolls, two main principles for sustainable development are low density developments and up-market projects.

Ms. Virginie Cazes-Duvat,
University of La Réunion,
La Réunion (Indian Ocean),
France

******************************************************************************

L’INTERET DES APPROCHES EN TERMES DE CAPACITE DE CHARGE DANS LES PETITS ETATS: Océan Indian

La forte vulnérabilité sociale et environnementale des petits états insulaires de la zone intertropicale est due à de nombreux facteurs : l’accroissement rapide de la population, en particulier dans des zones côtières de plus en plus convoitées ; la forte pression anthropique qui s’exerce sur les ressources ( bois, sable, poisson…) ; l’essor du tourisme ; l’émergence de conflits entre résidents et visiteurs ; sans oublier d’importantes contraintes naturelles, notamment dans les îles montagneuses pauvres en espaces plans, et sur les cayes, aujourd’hui très exposées, dans l’océan Indien en particulier, à l’érosion côtière et au blanchissement corallien.

Dans ce contexte, l’intérêt d’une approche en termes de capacité de charge est de limiter les dégradations environnementales et de prévenir les conflits d’usage. Les états insulaires formés d’une île unique et les archipels requièrent des approches différentes, qui seront présentées ci-dessous à travers deux études de cas.

-- LES ILES-ETATS ET LES DEPARTEMENTS D’OUTRE-MER (Mayotte, La Réunion, Maurice) --

Dans ces îles-états, les zones de développement présentent en général de fortes densités de population et des risques élevés de dégradation de l’environnement et de conflit social. La grande majorité des activités sont concentrées dans une région donnée, dans laquelle s’exerce une forte concurrence pour l’utilisation des ressources et pour l’occupation de l’espace. Il apparaît par conséquent majeur de bien gérer ces régions. Pour ce faire, une approche en termes de capacité de charge, fondée sur l’évaluation de la vulnérabilité spécifique de chaque unité spatiale côtière, permet de déterminer quelles zones, de par leur faible niveau de risque, se prêtent au mieux à des projets de développement. La politique d’aménagement du territoire doit ainsi jouer un rôle majeur dans la mise en œuvre du développement durable. Tous les types d’usages doivent être pris en compte, et les niveaux de densité de l’industrie, de l’habitat et des activités touristiques doivent être établis. Mais l’évaluation de la capacité de charge des différentes régions côtières n’a d’utilité que si cette démarche s’intègre dans une politique cohérente et intégrée de gestion du littoral, qui passe d’abord par la mise en œuvre d’un dispositif de gestion classique (plans d’aménagement et de gestion, actions conservatoires, formation, sensibilisation …). Le rôle d’un indicateur de capacité de charge est alors de proposer la répartition la plus adéquate, au regard de critères environnementaux et sociaux, des usagers et des activités. Il vient compléter le dispositif de gestion.

- Etude du cas de l’île de la réunion

DESCRIPTION : Une méthodologie expérimentale, mise au point par le Laboratoire de géographie de l’environnement de l’Université de La Réunion, est en cours d’application sur la côte corallienne de l’île grâce au soutien financier du Conseil Régional de La Réunion. Cette étude se déroule en trois étapes : (1) le découpage du littoral en unités spatiales homogènes ; (2) la réalisation d’études environnementales et sociales visant à déterminer la capacité de charge de ces différentes unités spatiales, qui est inversement proportionnelle à leur vulnérabilité ; (3) la proposition d’un plan de gestion.

STATUT : La première étape a été achevée en juillet 2000 et la seconde est en cours. Différents types d’enquêtes ont été conduits sur l’ensemble des plages coralliennes et des aires de pique-nique littorales afin de déterminer la vulnérabilité sociale. Un état environnemental de chaque unité spatiale a également été dressé.

AVANTAGES À LONG TERME : Ce type d’approche présentent deux types d’intérêts : À court terme, l’amélioration de la connaissance des zones côtières, et la constitution progressive d’une base de données relativement complète ; À long terme, une aide à la planification dans une perspective de développement côtier durable, qui vise à assurer aux générations futures des niveaux de ressources équivalents à ceux dont bénéficient les générations actuelles.

DÉVELOPPEMENT DES CAPACITÉS NATIONALES ET RENFORCEMENT DES INSTITUTIONS : L’intérêt d’un indicateur de capacité de charge est de compléter, en apportant une attention particulière aux régions côtières, le Schéma d’Aménagement Régional de La Réunion de 1995. Les échanges qui ont cours entre les différents services du Conseil Régional, et au-delà, entre différents acteurs du développement côtier (collectivités territoriales, services de l’État, associations…) permettent de faire partager les compétences et connaissances nouvelles, et contribuent à améliorer l’efficacité des institutions. Il est par ailleurs question de voir dans quelle mesure il serait possible de transposer la méthodologie d’évaluation de capacité de charge employée sur le littoral aux zones urbaines et aux régions d’altitude. Une approche intégrée des espaces interdépendants que sont les régions côtières, les régions urbaines et les régions de montagne pourrait alors voir le jour.

DURABILITE : Un indicateur de capacité de charge constitue un outil de développement durable en ce qu’il vise à promouvoir un aménagement à la fois préventif et équilibré du territoire.

POSSIBILITÉ DE TRANSFERT : Ce type d’approche présente d’importantes possibilités de transfert. La méthodologie qui est en cours d’application à l’île de La Réunion a été mise au point dans le nord-ouest de l’île Maurice (régions de Flic-en-Flac et de Trou aux Biches). Elle peut être utilisée dans tout espace insulaire à forte densité de population et qui présente un certain niveau de développement. Ce type d’approche peut aussi, rappelons-le, s’appliquer à d’autres types d’espaces, urbains et montagnards.

CONSENSUS : Un indicateur de capacité de charge est l’un des instruments qui peut accompagner la mise en œuvre d’une politique de développement durable. À ce titre, il peut remporter l’adhésion des partenaires du développement.

PARTICIPATION : Le processus participatif peut être mis en œuvre dans cette démarche par le biais de projets de développement local, afin d’obtenir une forte implication des résidents et de limiter les impacts négatifs de ces projets. L’idée d’une zone pilote pour l’expérimentation d’un tel projet a été soulevée à La Réunion.

COMMUNICATION : Dans la troisième phase du projet, la création d’un comité de pilotage permettrait de garantir la diffusion des résultats de l’étude et de recueillir l’avis des différents acteurs du développement.

RESPECT DE LA CULTURE : Les caractéristiques culturelles (religion, coutumes, valeurs) sont intégrées à l’étude sociale, et les impacts socio-culturels négatifs du développement sont intégrés à l’évaluation de la vulnérabilité sociale des régions côtières. Ils font partie des facteurs qui permettent d’évaluer, in fine, la capacité de charge de chacune des unités spatiales.

EGALITE ENTRE FEMMES ET HOMMES ET AUTRES QUESTIONS DE SENSIBILITE: Il n’y a rien de particulier à signaler sur ce point.

DOCUMENTATION : Pendant la durée de l’étude, différents types de rapports sont produits, ces éléments de connaissance seront intégrés à une base de données informatisée.

ÉVALUATION : L’évaluation de ce projet ne pourra être réalisée que d’ici cinq à dix ans. L’on pourra alors évaluer la mise en application des différentes orientations de gestion qui auront été énoncées. Les niveaux d’utilisation et d’occupation réels des différents segments du littoral devraient alors se rapprocher des niveaux théoriques conseillés dans l’étude.

DISCUSSION GENERALE: Les indicateurs de capacité de charge constituent, à notre avis, des outils de développement intéressants et utiles. Ils permettent de réaliser un audit relativement complet sur l’état de l’environnement, sur la fréquentation et les activités, et sur le climat social qui règne sur le littoral. Définis en fonction de la vulnérabilité des espaces, les niveaux de charge recommandés peuvent être réévalués au fil des années, toujours dans le but de prévenir les conflits sociaux et de limiter la dégradation de l’environnement. L’actualisation des données produites est aisée.

-- LES ARCHIPELS --

L’intérêt d’un indicateur de capacité de charge est tout autre dans un État-archipel. Dans ce type d’État, il est intéressant de mettre en œuvre deux politiques de gestion, l’une s’appliquant au groupe central (qui concentre la majeure partie de la population et des activités), et l’autre aux îles et atolls éloignés moins exposés aux pressions anthropiques. Cette situation est d’ailleurs celle des États-archipels de l’océan Indien. Dans les archipels des Seychelles et des Maldives, les cayes et atolls éloignés sont gérés séparément des îles centrales, par la Compagnie de développement des îles dans le premier cas, et par le Ministère des atolls dans le second. Ces espaces sont administrativement reconnus comme des entités territoriales spécifiques. Certaines de ces îles ne sont pas habitées alors que d’autres comptent des effectifs très faibles (5 à 20 personnes aux Seychelles, davantage aux Maldives). Dans la plupart des cas, en raison de leur faible superficie, ces îles sont vouées au tourisme ou font l’objet de projets conservatoires. Le glissement du marché du coprah vers l’Asie dans les années 1970 a entraîné l’abandon de certaines de ces îles, en particulier aux Seychelles. Il faut ajouter que dans la plupart des cas, ces îles ne sont pas accessibles par voie aérienne et qu’elles ne participent pas à la formation du produit national brut.

La plupart de ces cayes, faites de sable et de débris coralliens, ont une superficie de moins de 1 km2. Elles sont particulièrement vulnérables à l’érosion et elles ont été, pour un grand nombre d’entre elles, affectées par le phénomène de blanchissement de corail des années El Niño 1997-1998. Dans l’archipel des Maldives, d’imposants équipements côtiers contribuent à aggraver l’érosion. Le tourisme est l’une des principales activités que l’on développe sur ces cayes. Le caractère confiné des îles y favorise par ailleurs l’émergence de conflits sociaux. Pour ces différentes raisons, ces îles doivent être gérées dans leur globalité : l’on ne peut ni y associer des activités concurrentes, ni y rassembler des populations aux intérêts convergents. Il faut y développer des projets intégrés. À ce titre, le tourisme haut de gamme apparaît comme une activité tout à fait adaptée, à la fois rentable sur le plan économique (et donc viable), et favorable à la préservation des équilibres environnementaux en raison des faibles effectifs touristiques visés. Aux Seychelles, les îles hôtels comptent tout au plus 25 bungalows. Toutes les activités sont liées au tourisme, que ce soit l’élevage, la pêche ou encore les projets de protection de la nature. Les risques sociaux sont limités en raison d’effectifs de population réduits et de la situation d’isolement. Les niveaux de fréquentation doivent, sur ces îles, être établis en fonction des besoins des projets de développement.

- Le cas de l’île Bird dans le nord de l’archipel des Seychelles

Bird est une île privée, située au nord des îles granitiques de l’archipel des Seychelles. Elle couvre 70 hectares, présente un bon niveau d’équipement en infrastructures et est reliée à Mahé par une desserte aérienne quotidienne. Peu après l’ouverture de l’aéroport international de Mahé en 1972, les propriétaires de l’île ont développé le tourisme haut de gamme, avec d’abord 10, puis ensuite 24 bungalows.

STATUT : C’est un tourisme haut de gamme, fondé sur la découverte et la protection de la nature, qui a été développé à Bird.

AVANTAGES À LONG TERME : Trois décennies après le lancement du projet, l’on peut déjà évaluer son intérêt environnemental. Le programme de régénération de la colonie de sternes felugineuses (Sterna fuscata), qui avait été décimée par l’exploitation des œufs et des poussins, est une belle réussite. Alors que l’on ne comptait plus que 15 000 couples sur l’aire de nidification située au nord de l’île en 1967, on en recense aujourd’hui 1,5 millions de mars à octobre.

DEVELOPPEMENT DES CAPACITÉS NATIONALES ET RENFORCEMENT DES INSTITUTIONS : Même si Bird est une île privée, il faut signaler qu’il existe des relations entre ses propriétaires et les responsables politiques de l’État seychellois. Le cas de Bird est connu (en particulier grâce à des prix) et cette île fait figure d’exemple de développement durable.

DURABILITE : Les effectifs touristiques sont limités par les contraintes de desserte (un avion de 20 places chaque jour) et par la capacité d’accueil de l’hôtel (48 personnes). Les passagers des hélicoptères d’Air Seychelles et des navires de croisière ne sont pas admis comme résidents. Ceci fait que les effectifs touristiques sont restés stables depuis les années 1980, le taux de remplissage s’établissant alors à 85 %. Bird est une île propre : les déchets solides sont expédiés vers Mahé pour y être traités, l’énergie est solaire, l’eau douce est pompée en quantité raisonnable dans la lentille souterraine. Les eaux usées sont traitées et il n’existe pas de piscine pour polluer l’environnement côtier proche. Les employés de l’hôtel logent dans le village, qui est situé à proximité de l’hôtel, ils sont sensibilisés aux impératifs de protection de l’environnement, et sont pour la plupart satisfaits de leur situation.

POSSIBILITES DE TRANSFERT : Le produit développé à Bird pourrait tout à fait être transféré à d’autres îles de l’archipel, comme l’île Denis toute proche, ou encore à des cayes maldiviennes. Le contrôle des effectifs, et par là-même la garantie de soutenabilité des projets de développement, passe, dans ces îles isolées, à la fois par le contrôle de l’accessibilité de l’île et par la limitation du nombre de lits.

CONSENSUS : Ce produit touristique est, dans ce cas précis, très consensuel. Les dirigeants (propriétaires, gestionnaire), les touristes et les employés sont tous investis dans les projets de conservation des oiseaux marins et des tortues marines.

PARTICIPATION : Le personnel de l’hôtel est fortement impliqué dans les deux projets conservatoires. De la même façon, les touristes sont invités à y participer et à s’informer, et ils doivent impérativement respecter certaines règles de conduite.

COMMUNICATION : La diffusion directe des informations est largement facilitée par la faible dimension de l’île.

RESPECT DE LA CULTURE : Ce projet respecte la culture des Seychellois. Il existe sur Bird un mode de vie qui est le même pour tous. En cas de comportement outrancier d’un ou de plusieurs touristes, la direction de l’hôtel intervient.

EGALITE ENTRE FEMMES ET HOMMES ET AUTRES QUESTIONS DE SENSIBILITE: Rien de particulier n’est à signaler sur ce point.

DOCUMENTATION : Il existe de la documentation sur Bird. Les bilans du suivi des colonies d’oiseaux marins sont régulièrement publiés et laissés à la disposition des résidents à la réception de l’hôtel. À un autre niveau, membre de Birdlife internationl, l’île est bien intégrée aux réseaux internationaux de protection des oiseaux.

EVALUATION : Sur le plan économique, un projet comme celui-ci est rentable. Sur le plan environnemental, les expertises et les suivis qui ont été effectués montrent également qu’il s’agit d’un projet positif. Un telle expérience, de développement local et durable, est rare aux Seychelles où de nombreux projets de développement dépendent de financements extérieurs.

DISCUSSION : Les petits États insulaires sont plus exposés que les États continentaux tout à la fois aux risques environnementaux et aux risques sociaux. Les approches en termes de capacité de charge trouvent dans ce contexte particulier tout leur intérêt. Elles permettent de tendre vers un développement équilibré des territoires, en particulier dans les îles à forte densité de population. Dans le monde des cayes isolées et des atolls, les deux principes fondateurs d’un développement durable sont d’une part le contrôle des densités et d’autre part la forte valeur ajoutée des projets.

Ms. Virginie Cazes-Duvat,
Université de La Réunion,
La Réunion (Océan Indien),
France

Messages in This Thread

SEND YOUR REACTION/RESPONSES TO THE MODERATOR.

| View Thread | Return to Index | Read Prev Msg | Read Next Msg |