| View Thread | Return to Index | Read Prev Msg | Read Next Msg |

Wise Coastal Practices for Sustainable Human Development Forum

Further questioning the role of some NGOs / Philippines (+français)

Posted By: Miguel Fortes
Date: Sunday, 23 January 2000, at 1:34 p.m.

In Response To: The role of non government organizations in programme implementation (+français) (Jean Wiener)

(Le texte français se trouve en dessous du texte anglais)

This matter regarding NGOs is sensitive, and perhaps might have been better simply locked away somewhere. But at the rate the environment is being degraded and the moral fiber of our society is being eroded, it's time for all of us to face some hard realities. Allow me to share some insights on the matter.

To be brief about them, I would like to refer to the article that appeared as an Editorial in Marine Pollution Bulletin (Gomez, ED. 1999. Environmental Charade. Marine Pollution Bulletin 38(1):1-2). Many of us share ED Gomez's views. The points I would like to raise are:

1. There is widespread dissention and competition for money among many NGOs in the Philippines. 2. There is a proliferation of NGOs that make money on (not for) the environment. 3. Many of them claim to be what they are not, only to provide (on paper) what donor agencies want (namedropping by some of these NGOs is as common as breakfast here in the Philippines, especially our names). 4. These undesirable and unethical activities of some NGOs are one of the major concerns of big funding agencies. 5. They put the name of genuine, truly pro-environment NGOs in a bad light. 6. These NGOs are so aggressive that their unethical, unscientific activities overshadow the low-paced highly professional activities of other agencies and institutions, e.g. the academe.

A few years back, Malaysia blacklisted at least four NGOs, not so much because of their poor performance in Government projects, but because after getting funds released, they diverted these into some of their other businesses. Here in the Philippines, after working for years improving the EIA system, one of our major accomplishments was to have our proposal approved by law such that NGO consultancy groups had to be accredited by a professional organization before they could be given the ‘go’ signal to conduct the EIAs. However, this provision was simply relegated to the background by the new administration of the Environment Department, who now allow any consultancy firm simply to register to do an EIS regardless of whether they have a good track record or not. That's it! And anyone can do an EIA with that! This is the primary reason I have lost respect for some people in that department. For the past two years, I have started to shun involvement in some of that department's activities.

Well, these are my insights. I do hope people can learn from them. With the unscrupulous practices of some NGOs being proliferated and promoted by some governments through politicians, we see our environment so well protected, and managed - on paper. In reality, as I write this, hundreds and even thousands of our mangroves, coral reefs and seagrass beds are degraded to a point of no possible recovery, just by a stroke of a decision maker’s pen, often guided by some NGO’s self-interest. A big challenge for us!

*****************************************************************

AUTRES INTERROGATIONS SUR LE ROLE DE CERTAINES ONG

Cette question au sujet des ONG est délicate, et peut être aurait-il mieux valut simplement l'enfermer quelque part. Mais vu la rapidité à laquelle l'environnement se dégrade et la fibre morale de notre société s'érode, il est temps pour nous tous de faire face à certaines dures réalités. Permettez-moi de partager quelques réflexions à ce sujet.

Pour être bref, je voudrais faire référence à l'article paru dans l'Editorial de la revue 'Marine Pollution Bulletin' (Gomez, ED. Environmental Charade. Marine Pollution Bulletin 38(1):1-2). Beaucoup d'entre nous partagent les opinions de Gomez ED.

1. Il existe de larges désaccords et une grande compétition pour l'argent entre les ONG aux Philippines 2. Les ONG qui font de l'argent avec (et non pour) l'environnement prolifèrent 3. Beaucoup prétendent être ce qu'elles ne sont pas, ne fournissant (sur papier) que ce que les bailleurs de fonds veulent (aux Philippines, se prétendre amis de personnalités/organisations connues par certaines ONG est pratiquement aussi courant que prendre son petit déjeuner, en particulier en ce qui concerne la référence à nos organisations) 4. Ces activités indésirables, qui montrent un manque de probité de la part de certaines ONG, font parties des préoccupations majeures des grands bailleurs de fonds 5. Elles font une mauvaise publicité aux noms des ONG sérieuses et véritablement pro-environnement 6. Ces ONG sont tellement agressives que leur activités sans probité et non-scientifiques font de l'ombre aux activités très professionnelles, mais réalisées à rythme plus lent, des autres agences et institutions, par exemple du monde académique.

Il y a quelques années, la Malaisie avait inscrit sur une liste noire quatre ONG, pas vraiment en raison de leur exécution médiocre de projets gouvernementaux, mais parce qu'une fois les fonds distribués, elles les avaient dirigés vers leurs autres affaires. Ici, aux Philippines, après avoir travaillé de nombreuses années à l'amélioration du système des Etudes d'Impact sur l'Environnement, une de nos réussites majeures a été l'adoption, dans le cadre de la loi, de notre proposition qui visait à ce que les groupes de conseil ONG reçoivent une autorisation d'une organisation professionnelle avant de pouvoir être autorisés à réaliser une étude d'impact. Cependant, cette disposition à été reléguée au second plan par la nouvelle administration du Département d'Environnement qui maintenant autorise n'importe quel bureau d'étude à s'inscrire pour réaliser une étude d'impact, que ses références soient bonnes ou mauvaises. Voilà! Tout le monde peut ainsi réaliser une étude d'impact ! C'est la raison principale pour laquelle j'ai perdu le respect pour certaines personnes dans ce département. Au cours des deux dernières années, j'ai évité d'être impliqué dans certaines des activités de ce département.

Voilà, ce sont mes réflexions. J'espère réellement que des personnes puissent en tirer des enseignements. Malgré les pratiques sans scrupules de certaines ONG, relayées et encouragées par certains gouvernements par l'intermédiaire d'hommes politiques, on continue de nous présenter un environnement si bien protégé et géré - sur le papier. En réalité, au moment où je rédige ceci, des centaines voire des milliers de nos mangroves, récifs coralliens et herbiers marins sont dégradés jusqu'à un point de non retour, du à une simple note écrite de la part de décideurs, souvent suivant le conseil de certaines ONG.

Messages in This Thread

SEND YOUR REACTION/RESPONSES TO THE MODERATOR.

| View Thread | Return to Index | Read Prev Msg | Read Next Msg |